Mise à jour le 10 octobre 2017

Parlons dette

La dette publique a atteint un niveau très critique. La France est tout particulièrement concernée avec 2200 milliards d’euros qu’elle doit rembourser à terme à ses créanciers, c’est-à-dire près de 100% de son produit intérieur brut(PIB). Mais d’où vient-elle ? Quels sont ses mécanismes ? Comment réduire les déficits et se désendetter ?

Cette deuxième édition, entièrement mise à jour, permet de faire le point sur un sujet d’actualité grâce à une sélection de 30 questions primordiales auxquelles un spécialiste répond de manière claire et accessible.Déficit structurel, dette publique, supervision bancaire,politique monétaire… En quelques années, ces expressions sont entrées dans le quotidien des Européens. Pour s’informer davantage sur ce sujet, « Entrez dans l’actu » vous apporte des informations objectives, factuelles et chiffrées sur la dette et la crise actuelle.

Au sommaire :

Panorama - L’auteur présente le sujet, son actualité, et l’illustre de faits, de lois, de chiffres, et de comparaisons internationales.

Les 30 questions-réponses indispensables pour démêler le vrai du faux.

Interaction avec les internautes - L’auteur répond à une sélection de questions posées en ligne sur le site vie-publique.fr

Jean-Marie Monnier est professeur d’économie au Centre d’économie de la
Sorbonne (Paris I) et spécialiste des questions fiscales.

Parlons dette – en 30 questions
Jean-Marie Monnier
Doc ’en Poche n°13
99 pages, 5,90 €


Et aussi dans cette rubrique

25 mars 2021

Générations désenchantées ? Jeunes et démocratie

L’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire, publie un nouvel ouvrage aux éditions La Documentation française : « Générations désenchantées ? Jeunes et démocratie ». Co-écrit par des professeurs et des politologues, il interroge la nature de la relation entre les nouvelles générations et la vie politique, dans un contexte de fragilisation apparente de la confiance des jeunes dans leurs institutions démocratiques (abstention, défiance à l’égard du personnel politique, affaiblissement des allégeances partisanes…).