Mise à jour le 18 avril 2018

Parlons banque en 30 questions

Fortement ébranlé par la crise économique de 2007-2008, les banques ont été tirées d’affaire grâce aux plans de sauvetage massifs accordés par les gouvernements. Les réformes engagées depuis lors ont-elles permis d’assainir durablement le secteur bancaire et financier

Sous forme de questions-réponses, cette nouvelle édition de Parlons banque en 30 questions livre les informations essentielles pour comprendre les mécanismes du secteur bancaire, les règles qui s’imposent à lui et bien sûr son rôle dans l’économie. Des réponses seront également apportées aux questions formulées par les internautes de vie-publique.fr en fin d’ouvrage.

Panorama
L’auteur présente le sujet, son actualité, et l’illustre de faits, de lois, de chiffres, de comparaisons internationales.

Questions-réponses
-  A quoi une banque sert-elle ?
-  Quels sont les métiers des grands groupes bancaires ?
-  Est-il facile de changer de banque ?
-  Quels sont les risques de l’activité bancaire ?
-  Qui surveille les banques ?

@vous la parole
Une interaction avec les internautes : la mise en ligne lors de la parution de l’ouvrage, des réponses à une sélection de questions.

Jézabel Couppey-Soubeyran est économiste et directeur de master à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Christophe Nijdam est actuellement membre du collège de l’Autorité bancaire européenne.

Parlons banque en 30 questions n°26
Doc ‘en Poche - Entrez dans l’actu
La Documentation française, 91 pages, 5,90 €


Et aussi dans cette rubrique

25 mars 2021

Générations désenchantées ? Jeunes et démocratie

L’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire, publie un nouvel ouvrage aux éditions La Documentation française : « Générations désenchantées ? Jeunes et démocratie ». Co-écrit par des professeurs et des politologues, il interroge la nature de la relation entre les nouvelles générations et la vie politique, dans un contexte de fragilisation apparente de la confiance des jeunes dans leurs institutions démocratiques (abstention, défiance à l’égard du personnel politique, affaiblissement des allégeances partisanes…).