Mise à jour le 3 octobre 2016

La mort est-elle un droit ?

Face à une demande de plus en plus pressante pour reconnaître le droit à mourir, notamment en fin de vie, l’opinion est partagée. Pour faire le point sur cette question, « Place au débat » propose un analyse en France et à l’étranger des lois promulguées et des points de vue énoncés.

Depuis une trentaine d’années, une nouvelle demande sociale rencontre un écho grandissant : la reconnaissance d’un droit à mourir, notamment en toute fin de vie, lorsque les possibilités de la médecine sont épuisées. Elle se heurte à une position contraire selon laquelle la société ne saurait volontairement donner la mort sans se perdre.
Les différentes lois sur la question (en 2005 et 2016) ont cherché des points d’équilibre entre les deux positions, souvent fragiles malgré d’indéniables avancées. Alors, un consensus est-il vraiment possible ? Qu’ont choisi les autres pays ? Et, au-delà du débat autour du libre mourir, n’importe-t-il pas autant de garantir les conditions d’un bien mourir ?

Au sommaire :
-  Une question de plus en plus prégnante
-  Quelques définitions
-  Enjeux éthiques, déontologiques, politiques. Un consensus est-il possible ?
-  Comment la question a-t-elle été traitée ailleurs ?
-  Que comprendre de la loi Claeys-Leonetti de 2016 ?

Véronique Fournier, médecin, dirige le Centre d’éthique clinique de l’hôpital Cochin depuis 2002 et préside le Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie depuis 2016.

La mort est-elle un droit ?
Véronique Fournier
Doc’ en poche – Place au débat
La Documentation française, 164 pages, Prix : 7,90€


Et aussi dans cette rubrique

25 mars 2021

Générations désenchantées ? Jeunes et démocratie

L’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire, publie un nouvel ouvrage aux éditions La Documentation française : « Générations désenchantées ? Jeunes et démocratie ». Co-écrit par des professeurs et des politologues, il interroge la nature de la relation entre les nouvelles générations et la vie politique, dans un contexte de fragilisation apparente de la confiance des jeunes dans leurs institutions démocratiques (abstention, défiance à l’égard du personnel politique, affaiblissement des allégeances partisanes…).