Mise à jour le 15 novembre 2017

Les politiques de l’éducation en France

Pilier de la République, l’école est l’objet de toutes les attentions de la part des pouvoirs publics. De Jules Ferry à Jean-Michel Banquer, de multiples lois et réformes se sont succédé pour faire évoluer les politiques éducatives en fonction des transformations sociales, des objectifs de démocratisation et des nouvelles approches pédagogiques.

Pilier de la République, l’école est l’objet de toutes les attentions de la part des pouvoirs publics. De Jules Ferry à Jean-Michel Banquer, de multiples lois et réformes se sont succédé pour faire évoluer les politiques éducatives en fonction des transformations sociales, des objectifs de démocratisation et des nouvelles approches pédagogiques.

À travers plus de cent textes commentés, cet ouvrage de la collection Doc‘ en Poche, retrace l’histoire de l’enseignement en France. Il s’adresse aussi bien aux étudiants, aux enseignants, qu’à toute personne désireuse de mieux comprendre les évolutions dont notre système éducatif est aujourd’hui le fruit.

Au sommaire

Introduction
Partie I - L’héritage (1800-1947)
Partie II - Tous les adolescents à l’école
Partie III - Les années d’alternance (1989-2017)
Partie IV - L’éducation devient l’affaire de tous

Lydie Heurdier est docteur en sciences de l’éducation (laboratoire ESCOL, université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis).
Antoine Prost est professeur émérite (université Paris 1 Panthéon – Sorbonne).

Les politiques de l’éducation en France
Collection Doc’en poche – Regard d’expert
La Documentation française
177 pages, 11,90 €


Et aussi dans cette rubrique

25 mars 2021

Générations désenchantées ? Jeunes et démocratie

L’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire, publie un nouvel ouvrage aux éditions La Documentation française : « Générations désenchantées ? Jeunes et démocratie ». Co-écrit par des professeurs et des politologues, il interroge la nature de la relation entre les nouvelles générations et la vie politique, dans un contexte de fragilisation apparente de la confiance des jeunes dans leurs institutions démocratiques (abstention, défiance à l’égard du personnel politique, affaiblissement des allégeances partisanes…).