Mise à jour le 3 octobre 2016

Le robot est-il l’avenir de l’homme ?

La multiplication des robots dans notre vie quotidienne constituerait-il un rêve devenu réalité ou un cauchemar prochain de l’humanité ? Face à une robotisation accélérée, une question se pose quant à la place qu’il convient d’accorder à ces doubles annoncés de l’homme. Pour faire le point sur cette question, « Place au débat » propose l’analyse de deux auteurs spécialistes.

Les progrès de l’informatique et de l’électronique sont en passe de donner corps à un vieux rêve de l’homme : créer un être à son image, polyvalent, capable d’interagir, d’apprendre et de prendre des décisions. Tout indique en effet que le robot s’apprête à occuper une place de choix dans nos vies : accompagnement des personnes âgées, visites guidées dans les musées, conduite autonome, etc. Mais ces évolutions ne vont pas sans problème : les robots seront-ils les fossoyeurs de nos relations sociales ? Ou du plein-emploi ? Leur intelligence peut-elle encore progresser ? Notre modèle juridique doit-il leur faire davantage de place ?

Au sommaire :
-  Où en sommes-nous avec les robots ?
-  L’intelligence des robots
-  Pourquoi et comment avoir un robot chez soi ?
-  Les croyances
-  Des problèmes éthiques et sociaux
-  Robots et droit

Rodolphe Gelin est responsable de l’innovation chez SoftBank Robotics, après vingt ans passés au service robotique du Commissariat à l’énergie atomique.
Olivier Guilhem, spécialiste des nouvelles technologies, est aujourd’hui directeur juridique chez SoftBank Robotics et vice-président de l’Association du droit des robots.

Le robot est-il l’avenir de l’homme ?
Rodolphe Gelin, Olivier Guilhem
Doc’ en poche – Place au débat
La Documentation française, 156 pages, 7,90€


Et aussi dans cette rubrique

25 mars 2021

Générations désenchantées ? Jeunes et démocratie

L’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire, publie un nouvel ouvrage aux éditions La Documentation française : « Générations désenchantées ? Jeunes et démocratie ». Co-écrit par des professeurs et des politologues, il interroge la nature de la relation entre les nouvelles générations et la vie politique, dans un contexte de fragilisation apparente de la confiance des jeunes dans leurs institutions démocratiques (abstention, défiance à l’égard du personnel politique, affaiblissement des allégeances partisanes…).